Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un Oubli?

Exprime toi!

Archives

6 janvier 2006 5 06 /01 /janvier /2006 10:30

Evo Morales, ancien dirigeant syndicaliste des planteurs de coca, leader de gauche, prendra officiellement ses fonctions le 22 janvier.

La Bolivie, nation la plus pauvre est la seconde nation la plus riche en gaz d'Amérique latine après le Venezuela.On compte avec vingt-six compagnies gazières ou pétrolières multinationales  qui opèrent en Bolivie, elles sont espagnoles, françaises ou britanniques (du côté européen) entre d'autres.

Evo Morales est arrivé en Espagne par avion via Caracas et Cuba, où il a scellé une coopération politique et économique avec les régimes de Fidel Castro et Hugo Chavez. 

Il était en Espagne pour rassurer les intérêts économiques espagnols, suite aux propos tenus antérieurement sur la nationalisation des entreprises pétrolières dont un petit extrait qui suit:

"La Bolivie exercera son droit de propriété sur ses ressources naturelles. Evo Morales nationalisera avec pour but de ne pas confisquer, ni exproprier, ni expulser".

Ces déclarations dénonçaient des contrats "illégaux" pour l'exploitation du gaz et du pétrole, ce qui a inquiété l'Espagne, étant le premier investisseur étranger dans le pays andin. Avec la visite d'Evo Morales, les espagnols se sentent rassurés pour l'avenir.

Evo Morales a été reçu par le chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero et le chef d'Etat, le roi Juan Carlos; puis a rencontré les responsables des principaux syndicats espagnols, avant de quitter l'Espagne.

Evo Morales a quitté Madrid pour aller à Bruxelles et n'a pas oublié de réitérer sa "priorité" de mettre les gains des ressources naturelles de la Bolivie pour lutter contre la pauvreté.

Après la Belgique, il poursuivra sa tournée en France, en Chine, en Afrique du Sud et au Brésil. Il devrait dîner aux Pays-Bas avec le ministre des Affaires étrangères.


Evo Morales le président bolivien au pull bordeaux rayé, ni  veste ni cravate, reçu comme un "Chef d'Etat". Leader indien dans sa tenue non protocolaire en dépit des exigences de l'étiquette.

"Homme politique intelligent et pragmatique", ou "prudent", ont été les termes utilisés pour qualifier le président bolivien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bartholine - dans Infos Politiques
commenter cet article

commentaires

News